MARTIN GODBOUT

Président du conseil d’administration

 
« Il y a quinze ans, un petit groupe de scientifiques et de décideurs publics ont eu l’audace de repousser les limites, de voir loin en avant. Ces gens avaient une vision : celle d’un Canada à l’avant-garde du savoir, celle d’un Québec chef de file mondial de l’innovation. »

Cette vision a mené à la création de Génome Canada et peu de temps après, Génome Québec voyait le jour. Nous étions en 2000, un nouveau millénaire s’amorçait et simultanément, nous faisions notre entrée dans l’ère de la révolution génomique. C’était le début d’une grande aventure, qui nous le savions déjà à l’époque, allait avoir l’effet d’un tsunami quelques années plus tard.

« Aujourd’hui même, je m’apprête à faire séquencer l’entièreté de mon génome personnel. Quelques jours et quelques milliers de dollars suffiront pour arriver au même résultat qu’en 2003. D’ici quelques années, ce sera faisable en quelques heures pour quelques centaines de dollars, peut-être moins. »

Au cours des années qui ont suivi, nous avons acquis un immense bagage de connaissances, appris à maîtriser la technologie génomique et à décrypter l’information qu’elle génère. Le Canada, voire le Québec, s’est hissé dans la course mondiale et peut aujourd’hui se targuer de jouer parmi les meilleurs. Plus de deux milliards de dollars ont été investis au Canada à ce jour dans la recherche en génomique, une technologie qui a franchi des pas de géant depuis qu’on annonçait en 2003 le séquençage d’un génome humain entier. Rappelons que cela avait alors coûté trois milliards de dollars sur une période de dix ans.

« Nous sommes au cœur d’une révolution et notre société moderne devra tirer avantage de tout ce savoir qui est de plus en plus accessible. Quel sera l’impact de l’arrivée de cette technologie de rupture dans notre quotidien ? Je dirais qu’elle nous forcera à faire autrement. »

Toute forme de changement rencontre de la résistance et ce sera probablement notre défi des quinze prochaines années. Toutefois, au même titre que les technologies de l’information se sont lentement intégrées dans notre quotidien et sont devenues incontournables, la génomique s’insérera graduellement dans nos vies et deviendra indispensable.

En matière de santé, l’efficience de notre système passe par l’intégration des innovations. Plusieurs d’entre elles seront issues de la génomique et auront un impact majeur sur la façon de pratiquer la médecine. Par ailleurs, la génomique a la particularité d’être une compétence transversale. En effet, son impact ira bien au-delà de la médecine, car l’expertise génomique se déploie également partout où il y a de la vie; soit au sein de nos forêts, de notre environnement, de notre alimentation, etc. Fort à parier que plusieurs des solutions aux problématiques liées aux changements climatiques seront issues de la génomique.

« L’avenir social et économique du Québec passe par l’innovation. C’est à la fois un vecteur de développement économique et une source puissante d’évolution pour une société comme la nôtre. Reprenons le goût du risque et misons sur l’innovation pour faire du Québec un pôle mondial qui génère et implante ses innovations. »